web analytics
Listino:  
  • Recherche:

BMW M4: notre essai 

Deux cylindres en moins, quelques chevaux en plus et beaucoup plus de couple. La M4 Coupé est devenue trop high tech? On te l’explique dans notre essai

bmw-m4-coupe-prova-su-strada

La BMW M4 Coupé est synonyme de grande nouveauté dans le monde des M de BMW. Laquelle? L’introduction de la suralimentation turbo (deux, pour être précis) qui ajoute du couple, réduit la consommation et – en même temps – fait descendre le régime maxi et du coup fait moins crier la bavaroise: la M4 est donc plus civilisée par rapport à la “vieille” M3 avec son V8 atmo. Explications.

C’est quoi?

V8 atmo, son métallique et drift. Ces mots font de suite penser à la M3 E92. La nouvelle génération a été lancée au Salon de Détroit 2014 avec le nom M4 Coupé (M3 est l’appellatif destiné rien que pour la carrosserie à 5 portes) et représente une révolution pour la division Motorsport du constructeur de Bavière. Bon, maintenant plus détail, on va analyser cette bête apprivoisée.

Fichet technique

Ce qui surprend le plus sur cette nouvelle BMW M4 Coupé, et à première vue laisse sceptique les puristes, c’est l’absence du célèbre V8 atmo (faute à la dure loi du downsizing), remplacé par un six cylindres en ligne de 3,0 litres biturbo capable de sortir 431 ch et 550 Nm de couple maxi à bas régime, disponible entre 1.850 et 5.500 tours. Les performances? On titille les supercars avec la M4: la vitesse maxi è limitée à 250 km/h (280 avec le kit Performance) et le 0-100 est abattu en 4,1 secondes chrono (grâce, entre autre, à la boite double embrayage M à 7 rapports) et au départ assisté.

Par rapport à la M3 E92, ce n’est pas la chevalerie qui étonne (seulement 11 ch en plus), mais le couple incroyable (+40%) qui permet à la M4 d’avoir une conduite plus relax, ce qui n’était pas le cas de l’auto qu’elle remplace, laquelle devait toujours être maintenue dans la zone rouge pour pouvoir exploiter le meilleur d’elle.

Comment ça roule?

Une fois mis en route, on comprend directement la nature de ce moteur: la poussée est impressionante dès le début et, par rapport à d’autres unités turbo, on remarque tout de suite l’absence de turbolag et le sprint continu ne nous fait plus regretter le fait d’être aux commandes d’une M avec deux cylindres en moins.

Cette théorie est soutenue aussi grâce à la nouvelle ligne d’échappement à quatre sorties, développée en partenariat avec Akrapovic, qui, en pleine accélération et à l’ouverture des valves au delà des 4.000 tours, génère un magnifique son qui donne la chair de poule aux plus sensibles.

Au volant, j’ai constaté que la M4 est vraiment à l’aise dans la vie de tous les jours, malgré le fait que son look fait d’elle une vraie sportive capable de changer sa nature selon la nécessité du conducteur grâce au différentiel actif et au chassis M qui fait de sa modalité Sport+ son point de force. Avec ce setup, sont au menu plus de réactivité de l’accélérateur et un feeling du volant et des suspensions beaucoup plus présent.

J’ai aussi la possibilité de désactiver complètement les contrôles électroniques mais, à moins que tu ne sois un pilote pro, la modalité Sport+ offre déjà des sensations incroyables, tout en étant en sécurité. La maison bavaroise a introduit sur la M4 la possibilité de créer deux profils personnalisés pour le conducteur (M Drive 1 et 2), deux carto différentes qui s’inspirent au monde des courses auto, qu’il est possible de gérer via les commandes sur le volant.

En choisissant le paramètre “Normal”, l’auto garanti un comfort acoustique très plaisant, que ce soit pour l’utilisation en ville ou à vitesses routières. Si tu voyages le pied léger la conso te surprendras positivement avec un 11,4 km au litre selon les données fournies par BMW.

Niveau look, la M4 Coupé n’est pas une voiture qui passe sans être vue: par rapport à une Serie 4 classique, la M si fait apprécier pour ses pare choc sportifs et le jupes du kit M Performance, ces énormes jantes et la possibilité de monter un imposant système de freinage carbonceramique avec étriers couleur or. Les prises d’air avant et arrières sont un régal pour les yeux et les entailles parsemées sur la carrosserie donnent un look plus dynamique et agressif même à l’arrêt.

Cette idée est accentuée aussi grâce aux lignes qui “coupent” le profil et qui partent de l’arrière jusqu’à descendre vers les phares avant. La couleur de la M4 qui m’a été confiée pour cet essai est un gris Silverstone, même si selon moi ses lignes ressortiraient plus avec un jaune Austin ou bleu Yas Marina.

Quelles sont ses rivales?

Dans cette catégorie, ce n’est pas la concurrence qui manque et il s’agit d’un territoire quasi exclusivement allemand. La M4 doit faire les comptes avec la nouvelle Mercedes-AMG C 63 et avec la RS4 de Audi, même si cette dernière est hors production depuis peu. Dernièrement, Jaguar et Alfa se montrent intéressées aussi au segment des berlines bodybuildées avec les XE R et la nouvelle Giulia dotée de son V6 biturbo avec plus de 500 ch. La bagarre ne fait que commencer…

Combien elle coûte?

Son prix de départ est 81.500€ pour la version de base avec boité manuelle, mais il augment rapidement dès qu’on commence à trop jouer avec la liste des options. Il suffit de choisir les freins carbonceramiques et la boite auto M et on grimpe déjà à 90.000€. A ce prix là, on peut commencer à envisager de prendre la M5 avec son V8 biturbo 560 ch qui frôle les 100.000€.

Avantages: performances hors norme, intérieur très soigné, possibilité de choisir boite manuelle ou auto (pas rien sur une voiture de cette catégorie), look agressif

Inconvéniants: le prix grimpe vite avec l’imposante liste des options, mais tellement dur d’y résister

BMW M4

Moteur: six cylindres en ligne 3,0 litres biturbo essence
Puissance: 431 ch entre 5.500 et 7.300 tours/min
Couple: 550 Nm entre 1.850 et 5.500 tours/min
Boite: Manuelle 6 rapports ou DKG double embrayage BMW M avec drivelogic à 7 rapports
Poids: +/- 1.500 kg
0-100 km/h: 4.1 secondes avec le DKG
Vitesse maxi: 250 km/h limités (280 avec le pack M Performace)
Conso: 8,8 l/100 km dans le mixte
Emissions: 204 g/Km
Prix: à partir de 81.500 euro

Francesco Meneghini

Ajoute un commentaire