web analytics
Listino:  
  • Recherche

Honda Mean Mower: essai sur circuit 

Emotions. La Honda Mean Mower en donne beaucoup. Je t’explique maintenant qu’est ce qu’on peut ressentir en conduisant une tondeuse à gazon avec le moteur d’une moto

Honda-Mean-Mower-prova-in-pista-01

Être invité au lancement de la Honda Mean Mower et t’entendre dire que « tu es le premier journaliste belge à l’éssayer« , ça fait de l’effet! Encore plus quand tu sais que le véhicule que tu vas éssayer n’est pas une supercar, ni une sportive, ni rien d’autre. C’est une tondeuse, bien évidemment. Si un jour on m’avait dit que j’aurais éssayé une tondeuse à gazon, je me serais mis à rire. Et pourtant maintenant une sensation d’anxiété et de peur (oui, je l’admets) me prend. Je monte dessus ou pas? Tu sais quoi? On vit qu’une fois. Je monte. Au pire, j’écrirai cet article depuis un nuage.

C’est quoi?

La Honda Mean Mower est la tondeuse à gazon la plus rapide jamais produite. Sous son habit d’une normale HF2620 se cache une vraie bête de puissance et agressivité qui s’est méritée le Guinness World Record pour son record de vitesse pour une tondeuse: 209 km/h de v-max. Pas mal pour un engin qui devrait se limiter à… tondre la pelouse.

Fiche technique

Tu l’as compris, sous le capot, la Mean Mower n’a plus son calme V-twin e 20 ch. Le Team Dynamics a eu la brillante idée de procéder à une transplantation d’organes: ils ont pris le deux cylindres de 109 ch de la moto Honda VTR Firestorm de 1.000cc, la boite séquentielle à 6 rapports avec passages de vitesses au volant via des boutons poussoirs, des roues de quad (Honda, bien sûr) et un compte tours central avec un rupteur à 9.500 tours. Performances de kart en mode 4×4? La Mean Mower est capable d’accelérer de 0 à 100 en 4 secondes top chrono et sa vitesse maxi a été certifiée à 209 à l’heure, vitesse que je n’ai pas eu l’occasion de tester (pour des raisons que tu comprendras).

Comment ça roule?

J’attéris à l’aéroport de East Midlands et à m’attendre il y a Richard Tait-Harris, responsable de la communication et du marketing de Honda Yuasa Racing Team et du Team Dynamics, qui m’emmène au circuit de Donington Park à bord d’une Civic Tourer de dernière génération. L’Hondiste m’explique comment se déroulera la journée, les différents secteurs du circuit et on arrive sur les lieux de l’essai.

Comment définir le concept de « extrême »? Une Mégane RS 275 est extrême comparée à une Mégane 1.5 dCi, une Porsche 997 GT3 RS est extrême par rapport à une Carrera 4. Et puis il y a la Mean Mower, la quatre roues plus extrême que j’ai jamais essayée.

Emerveillé, je vois qu’il y a déjà quelqu’un au volant de la Mean Mower, quelqu’un avec de longs cheveux blonds qui sortent du casque. Courageuse la jeune fille! Après avoir completé ses derniers tours, nous parlons et je découvre qu’il s’agit d’unejournaliste pour une revue locale spécialisée dans les moyens de transports champêtres. Wow! Une chose est certaine: la boue n’effraye pas les anglaises.

C’est mon tour à présent. Mon assistant est Richard Leonard, freelance PR et Copywriter pour Honda, qui m’explique le fonctionnement de cette machine: « A gauche tu as l’embrayage, au milieu le frein et à droite l’accélérateur; comme dans une voiture normale quoi. » Je passe les rapports en appuyant sur deux boutons: à gauche la vitesse supérieure et à droite… tu as saisi. Une logique inversée par rapport aux boites séquentielles tradionnelles, mais je vais m’adapter. Quand le témoin vert est allumé, ça veut dire que la Mean Mower est au point mort: tu appuies sur le frein et sur l’embrayage et ensuite sur le bouton droit et… tadaaa, tu as mis la première.

Tu vois les boites de vitesse douces et silencieuses? Et bien ici c’est tout le contraire: la première s’insère de manière violente avec un « taaac » et, avant d’enlever le pieds de l’embrayage, il faut donner pas mal de gaz autrement… « clokkk » et tu dois répeter toutes les étapes d’allumage.

Je commence à tourner tout doucement pour me familiariser avec l’assise, mais surtout avec la boite: pour moi, à gauche on rétrograde et à droite on passe au rapport supérieur. Apparemment, les ingés Honda ont voulu me montrer que le contraire était possible: à la guerre comme à la guerre. Un autre « soucis », l’indicateur du rapport engagé: inexistant. Donc quand je passe aux rapports supérieurs, je dois mémoriser le rapport dans lequel je me trouve pour pouvoir rétrograder en conséquence quand un tournant se présente. Pleins de choses auxquelles je m’habite quelques heures après.

Après un peu de temps passé avec la Mean Mower, je commence à augmenter le rythme. Point mort, je mets la première (bouton droit, souviens-en toi, on sait jamais) et j’y vais. Deuxième et maintenant j’accélère plus: la poussée est brutale, comme dans des montagnes russes, mais ici c’est moi qui contrôle le divertissement, donc j’accélère encore plus et la sensation s’amplifie. Un mix de peur et envie de continuer à écraser la pédale de droite jusqu’au 9.500 tours, je mets la troisième et je répète toutes les phases.

Après avoir répeté ces accélérations 3/4 fois, je commence à tourner sur une autre portion du circuit bien asphalté. Compte tenu que avec la Honda Mean Mower on sent toutes les irrégularités de la route, même un petit dos d’âne te rappelle que tu es vivant (o du moins, encore pour quelques instants). Et c’est bien sûr ça qui m’est arrivé: de l’autre côté de la piste, je me lance dans une de mes accélérations, sauf que dans ce cas ci il y a un léger dos d’âne qui me fait littéralement sauter, me faisant comprendre qu’il ne faut pas trop rigoler avec la Mean Mower.

Je fini ma session pour une petite pause et les hommes Honda me demandent avec un sourire qui ne laisse pas de doute: « Alors? C’était comment? » Je reste silencieux pendant quelques secondes pour trouver mes mots: « Incroyable! » Cet engin peut éffrayer celui qui le porte à ses limites, mais rend aussi accro. On ne s’attendrait pas à avoir des émotions si fortes à bord d’une tondeuse.

Prêts pour aller manger, nous allons au calme dans un pré: on mange et on parle bien sûr de cette petite bête que le Team Dynamics ha développé. Tous sont satisfaits et enthousiastes à propos de ce projet. Ca veut dire que tous l’ont éssayée au moins une fois. Pendant cette pause, j’ai pensé que Honda pourrait décider de produire en série cette Mean Mower, mais après j’ai tout de suite compris que ça ne tiendrait pas la route (le projet, pas la Mean Mower): d’une part elle ne pourrait pas circuler sur la route, d’une autre une tondeuse à gazon de ce genre n’aurait pas de sens vu qu’elle sert à tondre la pelouse et pas à aller vite. Je me trompe peut-être?

Je crois bien que oui. Après avoir mangé des brochettes au curry et des snadwiches à l’anglaises pas très appétissants on me dit que maintenant l’essai se fait sur la pelouse. « Sur la pelouse?! » Et oui. Cette fois pas de vitesses extrêmes, mais beaucoup de fun: l’objectif est celui de faire des donuts sur le pré. Chez Honda, on pense à tout! Mais avant d’y aller, un petit rappel: pas de rupteurs pour faire les donuts. « No problem, Sir. » Et je commence donc à m’exhiber dans de spectaculaires donuts, me prenant pour Alonso lors des Finali Mondiali sur sa F1 Ferrari, même si autour de moi il n’y a pas des centaines de fans qui m’acclament, mais un photographe et les hommes Honda qui m’assistent. On se contente de ce qu’on a. Pour finir avec cette activité ludique, j’éteins le moteur et je déscends de la Mean Mower. Tom, le jeune ingénieur du team, s’abaisse pour retirer le conteneur de la tondeuse et – surprise – plein d’herbe. Je disais à la fin du paragraphe précédent que la Mean Mower n’avait pas de sens pour exercer son activité principale de couper de l’herbe? Ok, la prochaine fois je penserai deux fois avant d’ouvrir ma bouche.

Le moment est arrivé pour prendre quelques photos en mouvement. Pour ça, j’ai à disposition une troisième portion de la route: il s’agit d’un cercle immense avec, au milieu, des arbres, l’idéal pour suivre de très près une camera car. Derrière la nouvelle CR-V, je me prépare psychologiquement avec le même rituel: gants, casque, petite prière (on ne sait jamais). Cette fois je modère la vitesse et j’écoute les consignes du photographe qui se trouve dans le coffre du monovolume avec le coffre bien ouvert. Après trois tours de gauche-droite, doucement, plus vite, je descends définitivement de la Mean Mower.

Pas vraiment. Comme j’ai encore un peu de temps, le Team Dynamics est si gentil avec moi qu’il me demande si je veux continuer à tourner encore un peu. Et vous me le demander? Quelle question! J’allume le VTR Firestorm qui prend vie dans un éclat démoniaque (je précise que la Mean Mower de mon essai a le silencieux, celle qui a obtenu le record avait la ligne directe) et je trace: maintenant on se connait, nous deux. Mais même quand tu crois la connaitre, tu dois comprendre que c’est elle qui décide à la fin. Au dernier tour, j’accélère un peu plus que prévu dans un tournant et je sens que la roue opposée se lève un peu. Et c’est maintenant que j’entends raisonner dans ma tête l’avertissement qu’on m’avait fait au début: « N’accélère pas dans les tournants. »  Une fois descendu de la MM, le testeur Honda vient me trouver et me dit en rigolant: « Il s’en est fallu de peu pour que…pshittt« , en retournant sa main pour me montrer que j’aurais pu me planter royalement. Sans contrôle et avec beaucoup de puissance, les voitures doivent être prises avec des gants blancs. Je m’en souviendrai.

L’expérience plus sensationnelle que j’ai jamais vécue se termine: je range ma combinaison et je file à l’hotel. Un remerciement particulier à Kate Saxton, Manager – European PR Honda Communications, et au Team Dynamics et à Yuasa Racing que tu peux suivre dans le championnat BTCC avec leurs Honda Civic.

Des fois il ne faut pas trop de chevaux pour s’amuser, mais beaucoup de légèreté, pas de contrôles et un coup de pied aux fesses à chaques changements de rapports. Honda Mean Mower, tu m’as ensorcellé.

Ajoute un commentaire