web analytics
Listino:  
  • Recherche

Lotus Elise S 2013: notre essai (8 jours) 

Donnez-moi une boite manuelle, deux sièges, une propulsion et avec la nouvelle Lotus Elise S on retourne à la vraie conduite

lotus-elise-s-2013-prova-su-strada-01

Année après année, l’Elise a subi des mises à jour nivequ look et technique, mais le concept est toujours le même: être une petite sportive deux places radicale qui met en avant les sensations de conduite plutôt que la puissance pure. La dernière version de l’anglaise que j’ai essayé est tout ça en même temps.

C’est quoi?

La Elise S 2013 se distingue esthétiquement de par ses nouveaux phares avant plus pointus et avec technologie LED, tandis qu’à l’arrière on a un design que les passionnés de Lotus reconnaitront directement avec les quatre phares ronds habituels.

Le sensation de voiture compacte est elle aussi restée telle quelle avec des dimensions plutôt contenues, une caractéristique incontestée de la deux places british.

Fiche technique

Petite révolution en dessous du capot: la nouvelle Elise S est la première dans la gamme Lotus à monter le nouveau moteur quatre cylindres 2ZR FE 1,8 litres avec compresseur R900 Magnuson qui utilise la technologie Eaton capable de réduire les vibrations et les bruits intérieurs par rapport à la précédente Elise.

Tout ça se traduit en une puissance maxi de 220 ch à 6.800 tours et 250 Nm de couple à 4.600 tours, couple qui est atteint grâce entre autre au nouvel intercooler air/eau. Sa fiche technique pourrait paraitre obsolète sur une voiture sportive, mais il faut aussi tenir en compte que Lotus est synonyme de légèreté, depuis toujours: en effet, la Elise S de 2013 pèse seulement 924 kg, pour un rapport poids/puissance de 240ch/tonne. Et c’est justement cette donnée qui distingue l’anglaise de ses concurrentes.

Ce ratio record permet au 1.800cc suralimenté d’avoir des prestations d’une vraie supercar: il faut juste 4,6 secondes pour l’accélération 0-100 km/h et la top speed est atteinte à un peu plus de 230 à l’heure. Le 0-100 est un vrai atout de cette Lotus vu qu’elle n’est pas dotée boite à double embrayage super rapide, mais d’une bien plus traditionnelle boite mécanique à 6 vitesses de type EC60 revue de façon à atteindre les 100 km/h en deuxième vitesse.

Comment ça roule?

Pendant l’essai d’une semaine entière de l’Elise S 2013, j’en ai eu des surprises. Des choses auquelles je ne m’attendais pas et qui ont émergés au cours de ces 8 jours d’essai. Etant donné que le test avait une durée bien déterminée, c’était important de conduire la voiture dans toutes les conditions, tous les jours, pour voir son comportement aussi dans les situations qui seraient moins confortables pour elle.

Le premier élément qui me surprend c’est l’hauteur de l’assise, super basse. Je ne suis pas un géant, mais malgré ça j’ai quand même un peu du mal à m’habituer au siège bas et au volant assez haut qui, dans un premier moment, peuvent être un obstacle pour la vue.

L’ambience minimaliste de l’habitacle est tout ce dont le conducteur, mordu du style course, recherche: sièges racing, volant compact, espace intérieur réduit, absence de luxe ou de boutons superflus, pédales en alu et un moteur juste à l’arrière de mes épaules. A propos du cockpit, un des aspects qui crée la surprise c’est la chassis bien visible.

Ce qui me surprend fortement c’est le confort de conduite. Bien évidemment, je ne suis pas à bord d’une Classe S, donc le mot « confort » est relatif dans une Lotus, mais malgré tout je m’attendais à une voiture bien plus crue. Ce qui est dû en partie aux sièges Probax (option) composés d’une mousse qui réplique la forme de ton dos, au lieu d’être rigides comme des sièges standard.

Par rapport à la génération précédente, Lotus a voulu mettre à jour certains aspects pour la faire intégrer aux standard actuels comme le bouton d’allumage Engine Start et les vitres électriques. Pas une grande révolution dans le monde de l’automobile, mais je vois par ces détails la volonté de Lotus, constructeur conservateur, d’insérer des petits plus qui peuvent s’avérer utiles au quotidien.

Une fois allumé, le quatre cylindres monte jusqu’à 2.000 tours pour descendre progressivement au minimum. Un son moteur plein et bien présent envahi le cockpit pour le grand plaisir des mélomanes. Comme si ce n’était pas assez, le sifflement du compresseur Magnuson avec technologie Eaton en provenance du petit 1,8 litres me rend accro plus les tours augmentent.

Mais la chose qui me marqué peut-être le plus, c’est la boite. Chaque changement de vitesse est une expérience qui fera tomber amoureux les fans de la conduite pure: passages courts, décisifs et directs caractérisent la boite EC60 et font oublier la simplicité des paddles bien connus au jour d’aujourd’hui.

La 6ème te permet de te relaxer quand tu parcours l’autoroute (par exemple), même si il ne faut pas s’attendre à des miracles: en mettant la 6ème, les tours redescendent de 300 par rapport à la 5ème et donc, en maintenant une moyenne constante de 130 à l’heure, un bourdonnement te rappellera que tu es à bord d’une voiture de course (ou presque).

Mais comme tu l’auras compris, l’autoroute n’est pas le meilleur terrain de jeu pour la Lotus Elise S 2013. Pour qu’elle s’exprime aux maximum, la deux places a besoin de virages. Avec ses pneus Yokohama AD07 Advan Neova, la S monte de série des jantes de 16 (avant) et 17 pouces (arrière) qui font le job: malgré des dimensions assez petites, c’est plus que suffisant pour contenir l’esprit furieux de cette petite sportive au moteur central.

L’absence de sous virage est quelque chose d’incroyable: l’anglaise comprend directement quand j’accélère trop et « coupe » systématiquement l’arrivée de la puissance pour ne pas manquer de grip, de façon à ce que les Yokohama se comportent comme si ils étaient sur des rails.

Bien évidemment, cette aide peut être retirée entièrement en appuyant quelques secondes sur le bouton ESP (à gauche de la boite de vitesse): un témoin orange s’allume pour t’avertir que tu es désormais seul à gérer ton destin. L’électronique ne t’aide plus et c’est à toi de prendre l’arrière par les cornes, ce qui m’a permis de faire des petits tête à queue contrôlés. Par rapport à d’autres systèmes essayés dans d’autres voitures sportives de dernière génération, l’ESP OFF de Lotus ne pardonne pas: pas d’aides veut dire… pas d’aides.

La Lotus ne va pas seulement vite, elle est aussi capable de jouir des belle journées ensoleillées en mode « no stress » avec le toit ouvert et la vue directe sur le ciel. Après m’être habitué au mécanisme de fermeture et d’ouverture du toit en toile, je pose le tout dans le coffre qui se trouve tout près du moteur: en roulant « sans le toit », il y a de la place que pour la capote et quelques sacs (pas trop encombrants non plus!), tandis qu’en laissant la toile, l’espace est plus important que ce qu’on pourrait croire.

Les petites balades tranquilles sont aussi un point fort de cette Elise S qui aime se faire admirer par les passants grâce, entre autre, à sa tinte Chrome Orange (1.530 euros). Et puis, le son du 1.800cc au minimum est un régal. Comment s’en priver?

Absence de sous virage et l’arrière qui va de travers sur demande. Il y a une manière de la rendre encore plus pointue, cette Elise S? Bien sûr, la marque de Hethel a vraiment pensé à tout. Bien qu’au début on pourrait se demander à quoi sert le bouton Sport (à droite de la boite) sur une auto déjà directe et effrontée, cette fonction a sa raison d’être.

En maintenant enfoncé le bouton, un témoin orange s’allume. En gros, cette fonction permet d’avoir une réponse plus précise de l’accélérateur. Et je m’en rends compte directement: une fois ce mode inséré en mouvement, je remarque un changement dans la tonalité du moteur. Pas de valves d’échappement ici, il s’agit du minimum de tours qui est désormais plus haut et (données GPS en main) cela se traduit en 2 km/h en plus en v-max.

Sa suprématie sur le parcours mixte est compensée avec la difficulté d’utilisation en ville: pas au niveau mécanique bien sûr, mais plutôt pour la visibilité arrière qui rend difficiles les manoeuvres pour se garer dans les emplacements plus étroits. Pour le reste, c’est une voiture qu’on peut utiliser tous les jours, en sacrifiant bien évidemment le confort et en n’ayant pas la prétention de faires les grosses courses.

Une autre bonne surprise, l’embrayage: je pensais qu’il allait être plus dur, et bien non il est fluide, spécialement dans une ville comme Rome en pleine heure de pointe.

Voyager dans l’Elise c’est avant tout une expérience physique: le chassis à vue en dessous des panneaux de porte peut faire office de « repose jambe », même si il faut pas trop en abuser vu que ta jambe pourrait faire les frais de la dureté du matériel et ton dos pourrait être exposé au même traitement si tu parcours pas mal de km en restant toujours dans la même position. En gros, l’Elise est une sportive pleine de surprise qui te rappelera que tu es bien vivant.

Quelles sont ses rivales?

Il est difficile de dire avec exactitude si la Elise S a de vraies rivales: elle n’est pas radicale comme une Caterham, mais elle l’est plus qu’une quelconque sportive compacte. Donc, la petite anglaise se positionne belle et bien dans une catégorie à part. L’auto qui se rapproche le plus de l’esprit Elise (et oui, chez Supercar Team on aime bien les jeux de mots…) c’est la Alfa 4C de par les dimensions, les performances et sa fiche technique, mais avec un prix de 60.000€, l’italienne est à mi chemin entre l’Elise et l’Exige.

Combien elle coute?

Le plaisir de conduite et le son du compresseur derrière les oreilles a un prix: 48.950€ qui peuvent facilement grimper à plus de 60.000€ à cause grâce à la longue liste d’option et pack mis à disposition. Tu veux épargner quelques millier d’euros? Tu peux toujours choisir la Elise S Club Racer, la versione plus légère et avec encore moins d’accessoires disponible à 45.375€.

La Elise S 2013 est le juste compromis niveau rapport perfs/prix si tu veux une petite sportive aui te procure encore des vrais sensations sans te ruiner.

Avantages: Voiture de puriste, grip super, divertissement assuré avec ESP OFF, comportement et position de conduite dignes d’un kart

Défauts: Si tu as une famille, quelqu’un devra rester à la maison

Lotus Elise S

Moteur: quatre cylindres 1.8 avec compresseur Magnuson
Puissance: 220 ch à 6.800 tours
Couple: 250 Nm à 4.600 tours
Boite: EC60 manuelle 6 rapports
Poids: 924 kg
0-100 km/h: 4.6 secondes
V-max: 235 km/h
Conso: 7 l/100 km
Emissions CO2: 149 g/km
Prix: 48.950 euro

Tu as aimé cet article? Tu pourrais aussi aimer…

Ajoute un commentaire